diffuseur huiles essentielles blanc

En raison du COVID, l’ANSES appelle à la plus grande vigilance quant aux diffuseurs d’huiles essentielles. Le constat vient juste de tomber : certaines personnes utilisent les huiles essentielles et les diffuseurs par nébulisation (par exemple) pour booster leurs immunités et combattre le Covid et pourtant, cela pourrait ne pas donner les effets bénéfiques escomptés. Qu’en est-il vraiment ?

L’irritation des organes en cause

Lavandin, orange douce, pin sylvestre ou citron… de nombreuses huiles essentielles ont des vertus déjà très reconnues pour ce qui est de booster les défenses immunitaires. Nous essayons tous tant bien que mal de rester à l’abri d’une possible contamination du Covid 19.

Selon l’ANSES, dans un avis publié le 28 avril, les sprays et les diffuseurs d’huiles essentielles de plus en plus présents dans nos foyers doivent être utilisés avec parcimonie pour les personnes qui souffrent déjà de problèmes respiratoires, bénins ou pas.

Selon le rapport, il est écrit que « l’Anses appelle l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité de mieux informer les consommateurs sur les précautions d’utilisation, en particulier à l’égard des personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques telles que l’asthme, en raison des substances irritantes potentiellement émises par ces produits. »

Ceux qui sont déjà affaiblis par des symptômes respiratoires remontent que l’utilisation des diffuseurs leur provoquent des effets indésirables en conditions normales d’utilisation, notamment des symptômes irritatifs des yeux, de la gorge et du nez, et des effets respiratoires

Que faire pour bien faire ?

Comme pour toute situation, le bon sens est souvent gage de réussite et de bon usage. C’est également le cas quand il s’agit d’utiliser un diffuseur d’huiles essentielles. Pour autant, ne doivent pas être oubliées également des règles de bon sens pour agir comme il faut.
. Conserver les produits hors de portée des enfants ;
. Les consommateurs doivent se tenir informés autant que possible des méthodes d’utilisation ;
. Signaler tout cas et/ou symptôme aux professionnels de la santé ;
. Limiter les sources de polluants intérieurs et bien aérer les espaces clos ;

A date, nous rappelons qu’aucune étude sérieuse n’a prouvé que les purificateurs d’air ou les diffuseurs étaient des produits néfastes pour la santé. Au même titre que l’homéopathie, les huiles essentielles ne sont pas des substituts de médicaments mais sont des options qui permettent de vivre mieux comme de nombreuses autres médecines douces. Il en va de même dans le combat contre le COVID.

Diffuseur d’huiles essentielles : les recommandations de l’agence sanitaire ANSES
Étiqueté avec :        
Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mattis odio efficitur. Donec Phasellus tempus libero ante. Lorem justo